Faites partie de l’histoire au musée de Fort Macleod

Icon

Je me trouve dans la cour intérieure du Fort Museum à Fort Macleod au sud de l’Alberta, lors d’une matinée ensoleillée. Une foule s’est rassemblée pour regarder huit chevaux et cavaliers défiler juste avant de faire une halte pour une inspection. Je jette un coup d’œil à mon insigne d’inspectrice, épinglé sur la tunique écarlate qu’on m’a prêtée. C’est donc à moi qu’incombe cette tâche! En descendant l’allée, je pointe notamment une bride tordue et un casque porté de travers.

En faisant le tour par-derrière, je remarque également qu’une corde tressée de cérémonie n’est pas bien fixée. Les chevaux ont été pansés à la perfection. Les sabots ont été limés, les crinières et les queues ont été brossées et reluisent. Une feuille d’érable aux proportions parfaites a été reproduite au pochoir sur le flanc de tous les animaux. J’ai su comment les palefreniers s’y prenaient pour faire ça, mais vous devrez le constater par vous-mêmes, car en tant qu’inspectrice, je suis tenue au secret.

JE RETOURNE À L’AVANT DU MANÈGE ET DONNE À LA TROUPE LE SIGNAL DE DÉPART POUR LE CÉLÈBRE CARROUSEL DE LA GENDARMERIE ROYALE DU CANADA (ANCIENNEMENT POLICE À CHEVAL DU NORD-OUEST) QUI SERA PRÉSENTÉ DANS LE MANÈGE EXTÉRIEUR

Jouer au palefrenier

Alors que cavaliers et montures se font prendre en photo, on me donne un certificat attestant ma participation. Quel beau souvenir! Toute cette mise en scène a été orchestrée dans le cadre du programme « Groom a Horse » offert par le musée. Pendant l’été, la version du célèbre carrousel proposée par le musée de Fort Macleod est présentée plusieurs fois par jour. Après chaque représentation, les cavaliers dessellent leur monture et en prennent soin : ils brossent le pelage, la crinière et la queue recouverts de poussière de leur cheval, nettoient et font briller leurs sabots, puis remplacent les couvertures de selles imprégnées de sueur.

Les écuyers leur donnent aussi à boire et à manger, puis les font marcher pour faire ralentir leur rythme cardiaque. Comme la chaleur est accablante la plupart du temps, on déploie d’énormes efforts pour veiller au bien-être des animaux. Il y a quelque temps, le musée de Fort Macleod a décidé de lancer un programme permettant aux gens comme moi de découvrir l’envers du décor.

Je me suis inscrite au programme de pansage après la première représentation du carrousel de la journée. Ma jument s’appelait Lyda et était très belle. Il s’agissait d’un cheval pur-sang de type Quarter horse, comme la plupart de ses compagnons d’écurie. Les chevaux étaient tous de la même couleur : ils possédaient un pelage d’une belle couleur marron, leur queue et leur crinière étaient noires tout comme le bas de leurs jambes.

LYDA DÉVORAIT LE CONTENU DE SON SAC DE MOULÉE, ALORS QUE MON INSTRUCTEUR M’APPRENAIT LES MEILLEURES TECHNIQUES DE PANSAGE.

Comme j’avais déjà eu un cheval lorsque j’étais petite, ça n’a pas pris trop de temps avant que tout me revienne. Cela dit, même si vous n’avez jamais fait cela auparavant, sachez que c’est ultra facile et amusant! Après avoir sellé la jument, j’ai eu la permission de la monter et de faire le tour du manège quelques fois. Comme c’était merveilleux!

Le carrousel

Une fois mon travail d’inspectrice accompli, j’ai suivi les autres dans le manège. Les huit cavaliers étaient tous des gens de la place. La majorité d’entre eux approchaient de la vingtaine et, apparemment, faisaient tous de l’équitation depuis leur naissance. Ils ont enchaîné des progressions en croisé et des figures complexes à la perfection au son de la musique, puis, au grand galop, ont traversé le manège d’un bout à l’autre. Fantastique!

Je me suis ensuite promenée sur les lieux en bavardant avec les interprètes costumés, qui incarnaient les pionniers et pionnières de la Gendarmerie royale du Canada que l’on connaît aujourd’hui. Ceux-ci ont brossé un excellent portrait de la manière dont vivaient leurs personnages à l’époque.

Le centre-ville historique de Fort Macleod

Toute cette histoire de toilettage et d’inspection m’avait creusé l’appétit. La rue en face du musée est le point d’entrée du centre-ville historique de Fort Macleod. J’ai arpenté en long et en large quelques rues, en contemplant les bâtiments de grès et de briques restaurés (certains d’entre eux existent depuis 1878!), avant de m’installer pour dîner.

MIAM! UN SANDWICH AU FROMAGE FONDANT PRÉPARÉ À LA PERFECTION ET UN LAIT FRAPPÉ AU CHOCOLAT.

Bref, j’avais accompli mon mandat ici.