Un petit air de France à Calgary

Icon
blank
À propos

Marie-Christine Printz

Venue de France directement en Alberta en 2006, j’ai promené mes valises de-ci de-là et pris facilement racine là où le cœur se posait. Sans passion affichée, mais toujours curieuse et ouverte à de nouvelles expériences, cela fait que la vie est tout simplement plus colorée et enrichissante.

Lire ses articles

La 17e Avenue S-O

Lorsque j’ai quelques heures à passer, j’aime me promener au centre-ville de Calgary; et pour moi, cela veut dire flâner sur la 17e Avenue S-O entre la 4e et la 8e Rue. On y trouve une bonne variété de restaurants, bars et cafés qui va de bars sportifs à plus raffinés, à restaurants vietnamiens, mexicains, italiens ou bars à cocktails, restauration rapide et pâtisseries. Mais avant tout, j’aime regarder un peu plus haut, rechercher l’architecture d’une ville, ses spécificités ou son histoire inscrite sur ses murs. En l’occurrence, sur la 17e Avenue, ce sont les fresques murales qui s’affichent de plus en plus sur les murs mornes des immeubles. Elles expriment l’ambiance d’un lieu et deviennent de l’art public en prenant leur place naturellement dans l’espace visuel. Il suffit de lever son nez pour voir s’exposer une belle princesse sur son blanc destrier, une petite fresque remplie d’amour sur le mur d’un restaurant antillais ou encore une superbe Mona sur une façade ombragée. Le Quartier Beltine propose de plus en plus d’embellissements par des fresques murales et l’on peut parfois assister aux créations en direct avec les artistes, brosses ou bombes de peinture à la main. L’organisation Beltline Urban Mural Project offre un festival depuis 2017 et ce sont plus d’une trentaine de projets que l’on retrouve dans le centre-ville de Calgary.

blank

Tomkins Park

Et puis, j’arrive à Tomkins Park, petit square arboré avec de nombreux bancs, propice à se poser pour déguster un café, organiser une rencontre avec des amis, relaxer en écoutant de la musique ou encore, lire un livre. Très proche de l’école Western High School, le parc grouille d’étudiants à l’heure du midi durant l’année scolaire, mais aussi de travailleurs sortis des édifices alentour qui trouvent, autour de la place, de quoi se restaurer ou viennent juste prendre un peu l’air. Avec son kiosque, côté ouest, c’est une scène toute trouvée pour une improvisation de quelques musiciens prêts à ravir les passants avec un peu de musique en faisant une petite pièce. L’été, sous la frondaison, l’ombrage est bienvenue et agréable. Le parc situé entre deux rues a un petit air parisien, loin de la notion d’espace nord-américaine où tout est souvent surdimensionné. Ici, l’espace est bien réparti sans pourtant qu’on s’y sente étriqué. Les arbres et l’aménagement paysager y apportent une sensation de bien-être. 

blank

Black Sheep Pastry

Mais que serait cette petite pause à la française sans une petite douceur? Et bien, pour cela, il y a un joli mouton noir qui m’attend juste en face du parc. Il suffit de traverser la 17e pour se rendre chez Black Sheep Pastry et être émerveillé devant la vitrine de pâtisseries : du petit-déjeuner avec ces croissants extraordinaires à un dessert à emmener à la maison pour se gâter ou à offrir. Benjamin Griffon, le propriétaire et pâtissier, propose une gamme de desserts variés et délicieux. Croissants tigrés et fourrés aux confitures maison, chaque couleur a sa confiture et les saisons dictent les variations de fruits. Puis, les pâtisseries traditionnelles : Paris-Brest, flan parisien, tarte au citron et plus encore garnissent le comptoir. Aucun compromis sur la qualité des produits, tout est frais et sans le moindre additif, chaque dessert doit être savoureux sans tomber dans le trop sucré. Et cela, les clients ne s’y trompent pas, la rumeur s’étend… Ce sont les meilleurs croissants en ville! Black Sheep offre une véritable expérience d’un salon de thé parisien à ses clients, et outre les croissants et les pâtisseries, son équipe formée d’une barista exceptionnelle propose des cafés personnalisés, ainsi que des thés et des boissons au thé préparées sur place.

Alors, un café latté et un croissant framboise en main, je retourne au square et sur un banc, je respire l’air du temps en profitant d’un petit air de France à Calgary.